École bilingue français-occitan, pédagogie Freinet

Calandreta del Pais Sud Tolosan

2 impasse de l'autan
31550 Cintegabelle
Jean-Maurice SIRE (directeur)
calandreta.senta.gabela@gmail.com

Actualités

INSCRIPTION VIDE GRENIER 2018.pdf (83,7 kB)  

FESTIJOC- FETE DU JEU 2018

22/06/2018 14:30
  Le festival régional Total festum fera escale à Cintegabelle le 23 juin !   Sous...

MERCAT DE NADAL

05/12/2017 11:25
Cette année encore, les écoles de Cintegabelle s'associent pour vous poposer un super Marché de...

VOIDA TA CAMBRA

10/10/2017 15:35
Caminoc et la Calandreta del Pais Sud Tolosan organisent leur "vide ta chambre" ("voida ta cambra"...

VOIDA GRANIER 2017

20/09/2017 23:06
  Les 6, 7 et 8 octobre prochains se tiendra la Fête occitane de Cintegabelle, organisée...
1 | 2 | 3 | 4 | 5 >>

Le bilinguisme peut se rapporter à des phénomènes concernant :

  • un individu qui connaît deux langues ;

  • une communauté où deux langues sont employées.

Il consiste théoriquement dans le fait de pouvoir s'exprimer et penser sans difficulté dans deux langues à un degré de précision identique dans chacune d'elles. Les individus authentiquement bilingues sont également imprégnés des deux cultures indifféremment et dans tous les domaines. Le bilinguisme constitue la forme la plus simple du multilinguisme, qui s'oppose au monolinguisme (fait de parler une seule langue).

 

Bilinguisme et développement de l'enfant

Nourrisson

Il est prouvé qu'un nourrisson peut différencier les langues et les sons qui l'entourent et sait quand une autre langue lui est parlée, particulièrement entre 6 et 18 mois. Il est à ce moment de sa vie capable d'acquérir n'importe quelle langue. Il a également été montré qu'un nourrisson peut discriminer les langues sur la simple base des mouvements silencieux du visage. On sait en effet que les mouvements du visage accompagnent le langage oral, et que ces indices visuels sont notamment utilisés lorsque la perception auditive est difficile (situation de bruit par exemple). Il semblerait que ces simples indices faciaux visuels permettent de discriminer entre la langue maternelle et une langue étrangère, ou pour le cas des nourrissons en situation d'environnement bilingue, entre la langue première et la langue seconde.

Ainsi, l'étude de Weikum et al (2007) en est un parfait exemple: les expérimentateurs montraient à des nourrissons vivant en environnement monolingue ou bilingue de 4, 6 et 8 mois un visage d'un sujet parlant une langue (langue maternelle par exemple). Ces sujets prononçaient oralement des phrases entières, mais seuls les mouvements du visage étaient présentés aux nourrissons. Le son était en effet coupé. Ces 1ers visages étaient présentés dans une première phase dite d' habituation. Ainsi, une fois les nourrissons habitués à ce premier stimulus, les temps de regard diminuaient. Lors de la phase test, deux types de stimuli étaient présentés: un autre sujet prononçant une nouvelle phrase, dans la même langue qu'en phase d'habituation (situation contrôle) ou un sujet prononçant une nouvelle phrase dans une deuxième langue (situation expérimentale; langue étrangère pour les enfants monolingues, langue nondominante pour les enfants bilingues). Les résultats montraient:

  • chez les nourrissons en situation monolingue: les bébés de 4 et 6 mois étaient capables de discriminer entre les deux langues. En effet, le temps de regard augmentait pour la situation expérimentale signifiant une réaction à la nouveauté, tandis que pas pour la situation contrôle.

  • chez les nourrissons en situation monolingue: à 8 mois, les bébés ne semblaient plus capables de discriminer entre les deux langues.

  • chez les nourrissons en situation bilingue: les bébés étaient capables de discrimination entre les deux langues jusqu'à 8 mois au moins.

Ainsi, cette étude montre que 1) les nourrissons sont capables de discriminer entre des langues sur la simple base d'indices faciaux visuels 2) ces compétences diminuent plus rapidement chez les nourrissons dont l'environnement est totalement monolingue par rapport aux enfants vivant en environnement bilingue.

Âge critique et adolescence

Ces facultés commencent à régresser dès l'âge de 3-5 ans lorsque l'enfant n'est exposé qu'à une seule langue. S'il entend déjà plusieurs langues, il ne perd pas les facultés à distinguer les différences de sons, à les intégrer et à les reproduire.

À l'âge de 7-12 ans (puberté et adolescence), la perte est irréversible et en plus il éprouve une peur de l'erreur, une peur envers l'apprentissage d'une langue.

Les différents types de bilinguisme

Le bilinguisme est dit :

  • idéal lorsque la maîtrise des deux langues est parfaite ;

  • précoce s'il est atteint avant les études en milieu scolaire ;

  • simultané lorsque l'acquisition s'est faite en même temps dans les deux langues, ce qui ne peut être le cas que lorsque les deux langues sont présentes dans l'univers qui entoure l'enfant (famille, amis) ;

  • consécutif lorsque l'enfant acquiert d'abord une langue puis une autre, dans le cas d'un enfant issu de l'immigration ou de personnes qui déménagent dans un autre pays ;

  • passif lorsqu'une des deux langues est seulement comprise ;

  • soustractif lorsqu'une des langues n'est pas considérée au même niveau par l'entourage ce qui entraîne une compétence limitée dans cette langue et une démotivation

  • Bibliographie

Gilbert DALGALIAN, Enfances plurilingues. Témoignage pour une éducation bilingue et plurilingue, Paris, L’Harmattan, 2000.

Claude HAGEGE, L’enfant aux deux langues, Paris, Odile Jacob, 1996.

Anna LIETTI : Pour l’éducation bilingue

Guide de survie à l’usage des petits

Jean PETIT, Francophonie et don des langues, Publications du Centre Interdisciplinaire de Recherche en Linguistique et Psychologie Cognitive, 1998

Jean PETIT, L’immersion, une révolution, Jérôme Do Bentzinger Editeur, 2001.